Vous pouvez cliquer sur l'image pour une vidéo de la régate du 31 janvier 2016 sur Attila
attila_video2016.jpg
Dernières nouvelles
ro_bj_asso1.gif
La bouée jaune
à La Ciotat

En cliquant sur ce lien, quelques nouvelles de notre activité régatière aux mercredis et samedis de La Ciotat
ro_bj_membr1.gif
11 Fevrier, nous prenons la tête du challenge d'hiver.

La météo prévoyait un vent medium d'Ouest, il va vite se renforcer au delà des prévisions.
Equipage: Clémentine, Anne, Fabio, Fred, Jean-Jacques et moi.
Parcours: le triangle Riou (Petit Congloué) - Cassidaigne - Port Miou, 18 milles.
Au départ, Boulegan, Canaille, Furlan, Novae, Ondulat, Teddy, Ohanna, Artmis (le A35 de La Ciotat) et Attila
Tout le monde est sous solent-grand-voile sauf les deux selection qui ont mis le genois lourd.
Nous franchissons la ligne sous le vent, le vent est très variable et plutôt faible avec la houle de face, difficile d'avancer, nous nous écartons au maximum de la côte, Ondulat encore plus sous notre vent et en arrière car il a volé le départ et a du le repasser.
Il me faudra un certain temps pour trouver la vitesse, Jean-Jacques essaie de gérer la GV car les rafales sont assez soutenues et il faut éviter de tomber sous les 6 nœuds, avec la houle de face, la relance serait laborieuse. Ondulat et Canaille nous dominent bien à ce petit jeu et prennent l'avantage très nettement en filant plutôt au large. Novae, très rapide aujourd'hui est reparti tirer des bords à terre, surtoilé, il va du côté moins venté, et en plus ça semble favorable. Je décide d'en faire autant, Ondulat vire pour nous contrôler, mais au bout d'un moment, il repart au large, peut-être pour contrôler Canaille.
Comme nous sommes battus pour l'instant, autant nous enfoncer dans cette contre-option, nous revirons près de la Grande Candelle et entamons un bord tribord amures plein d'adonnantes formidables. A l'approche du Congloué, Novae est en tête, suivi de l'A35 Artemis qui est revenu du large, Ondulat, qui avait une avance confortable nous arrive babord en route de collision (!) et vire sous notre vent un peu devant. Nous lui collons au tableau arrière et virons la marque à sa suite, à 3 minutes des premiers. Derrière, il y a Canaille, le gros bavaria 42 match de Gérard Plaisant, puis Furlan. Ohanna le Elan 350 du Club de Cadarache n'a pas encore trouvé sa vitesse et est loin derrière. Teddy et Boulegan invisibles...
Ondulat est plus rapide que nous à envoyer le spi, notre tangon est complètement emmêlé, on résout le problème, pas de panique le vent ronfle bien derrière et nous filons vite. Encore plus dès que le spi (lourd) est gonflé mais Ondulat et les deux devant sont par nature plus rapides que nous au vent arrière dans la brise, le tout est de ne pas prendre trop de retard pour gagner au temps compensé.
Le X332 se trouve tout à coup en difficulté, un petit départ au lof le pousse à affaler son spi et il repasse derrière nous! Le temps qu'il s'en remette, il se décide à renvoyer son spi ruisselant (il y a peut-être du poisson dedans) et il va nous rattraper doucement à l'approche de la Cassidaigne que nous passons en 5e position (Canaille avec sa vitesse moyenne de tgv a bien fini par passer devant) mais pas trop loin des premiers.
Le dernier bord ne nous est franchement pas favorable, c'est un près pas trop serré droit vers l'arrivée, les 4 devant bénéficient de leur longueur de flottaison et de leurs caractéristiques qui leur permettent d'accroitre leur avance sans que nous ne puissions rien faire d'autre que d'aller à fond (mais moins vite).
Pas grave, notre rating nous sauvera!
Novae, Artemis et Canaille arrivent assez groupés à partir de 14h09, Ondulat à 14h12 et nous à 14h14, Furlan à 14h19, les 3 derniers très très loin derrière.
Comme je le pensais ça nous donne quand même le première place de cette régate, Onduulat 2e au tc, puis Novae, etc...
Avec 2 victoires et une 2e place, nous voilà en tête du challenge!

28 Janvier, victoire dans une tempête de beau temps.

Enfin du petit temps! ça faisait longtemps. Vent de sud-est tournant sud puis sud-ouest dans l'après-midi.
Equipage: Yves, Clémentine, Anne, Fabio, Fred, Marc et moi (7!)
Parcours: aller retour Cassidaigne.
Au départ, Neptune, Canaille, Furlan, Novae, Ondulat, Teddy, Ohanna et Attila
Il y a un peu de houle car une depression se ballade sur la Méditerranée. Le vent est d'ailleurs faible sur la ligne de départ, on envoie le genois avec la gv pleine.
Nous franchissons la ligne au vent, Novae aurait pu nous fermer la porte mais il manque de vitesse avec ses voiles faseyantes et nous passons juste! Ondulat n'est pas mal, mais un peu sous le vent il passe sous Novae en abattant. Nous nous détachons, je suis hyper concentré à la barre, ne pas tomber sous 3 nœuds en lofant malgré tout au maximum, les rentreurs sont pris au max et on fait un meilleur cap. Seul Ondulat résiste, mais en faisant un peu moins de cap, il va un peu plus vite. Au gré des oscillations du vent, il semble prendre l'avantage, ou le perdre... La layline babord est proche, il vire et s'apprête à nous croiser babord amûres. On se concentre un max pour ne pas perdre une miette de notre avantage et il se voit contraint d'abattre pour nous laisser la priorité. On continue un peu, il revire pour garder un contrôle mais il est déjà battu de 3 longueurs, ça doit être le moral qui n'y est plus...
On vire à notre tour, il croise assez loin derrière. Nous fonçons vers la Cassidaigne à bientôt 4 nœuds et plus, Canaille, le Bavaria 42 match de Gérard Plaisant est doucement revenu sur nous. A l'approche de la Cassidaigne, nous le croisons devant tribord amûres, mais le soupçon de vitesse en plus qu'il a lui permet de nous rendre la pareille, il vire donc la tourelle juste devant nous.
Nous envoyons tous les deux le spi tribord amûre aussitôt les écueils parés.
Longue descente sous écoutes légères avec une petite houle de SO, les spis ont du mal à porter, mais nous ne tombons jamais sous les 3 nœuds. C'est du bord à bord avec Canaille, mais si Ondulat derrière à choisi (le retard qu'il a maintenant le pousse à une contre-option) d'empanner et de tirer vers l'ouest, le vent semble plus fort vers le cap Canaille. On fait de notre mieux pour laisser porter un poil de plus que le Bavaria et c'est à 4 longueurs sous son vent que nous réussissons enfin à le passer en douceur (4 nœuds). Bel empannage (l'équipage pléthorique y est pour quelque chose), on en profite pour passer l'écoute légère tribord et on conserve la babord pour le bras. Canaille empanne moins bien et perd du terrain. Nous visons la bouée du large car le comité de course n'a pas encore annoncé une réduction au premier tour. Le bord de grand largue devient vite du largue serré, Fred à l'écoute au niveau des haubans fait également office de barber hauler humain mais le bras léger est soumis à rude épreuve! Le brelage de la poulie au mousqueton lache d'un coup mais le vent léger nous permet de réparer sans souci. A 200 m de la ligne, c'est du près, on affale vite et c'est sous gênois que nous passons la ligne (le comité vient d'annoncer la réduction) après 2 h 13' 01" de course. Canaille qui a conservé son spi en abattant sur l'autre bouée (bon choix) arrive quand même 2' après nous, Ondulat qui s'est perdu dans son option Ouest arrive lui à environ 8' 30" après nous. Il sera suivi très loin par Novae (environ 30' de retard) et Furlan (6" de plus) puis Ohanna, Teddy et Neptune ferment la marche encore plus loin.

14 Janvier, début du challenge d'hiver bien musclé!

Pour ne pas trop nous dépayser, le challenge d'hiver (6 manches prévues) commence avec un avis de vent frais! Mais d'est cette fois. On aura Est-Sud-Est 5 à 6 avec de grosses rafales en fin de course.
Equipage: André Tueux, Jean-Jacques, Anne, Fabio, Fred, Marc et moi (7!)
Parcours: aller retour Ile Verte.
La perturbation étant très petite, la houle est négociable pour sortir de la calanque. Le vent est d'ailleurs faible sur la ligne de départ, du coup, on prépare le genois avec la gv pleine, mais le vent semblant rentrer, je décide un envoi de solent dans les 5 minutes! Pas trop de problèmes et il est hissé à 1 minute du départ que nous prenons au top à la bouée en bas ce qui n'est pas très bon. Ondulat est parti un peu devant nous, Furlan sous le vent (le vent est plus régulier et plus fort sur cette option) marche bien, Novae est le seul sous gênois lourd, Ohanna est sous solent comme nous. Fissa a un gênois inter.
Dans la baie de Cassis le clapot est très désordonné, nous n'avons pas la bonne longueur de vagues et Attila tangue, tape et n'arrive pas à trouver sa vitesse maximum. Ondulat est plus long et plus à l'aise, il prend du champ, je n'ose pas abattre par rapport à lui et on perd pas mal de terrain. Fissa, lui, coupe les vagues, fait le sous marin (Yves qui est dessus nous dira au retour n'avoir jamais eu tant d'eau et d'embruns) et nous tient tête. On a même l'impression d'être dernier un instant mais Furlan perd du terrain rapidement et nous ne sommes plus qu'avant derniers a peu près comme Fissa. Novae, le vent montant va perdre du terrain rapidement et ses options de tirer des bords très à terre (pour avoir du vent moins fort sans doute et ne pas changer son gênois) vont s'avérer mauvaises. Bientôt les deux Sélection vont fermer la marche d'autant qu'on a retrouvé la vitesse une fois sortis de la baie de Cassis.
L'écart avec Ondulat ne grandit plus, c'est déjà ça. Nous semblons avoir passé Fissa, mais qu'arrive t'il? Il a choqué son foc, puis se décide à l'affaler - manœuvre difficile et dangereuse sur ce pont balayé par les lames, sans cale-pieds ni filières, ni balcon! François à plat ventre à l'avant affale le foc, Yves lui tient les jambes tout en tenant le mat...! Demi-tour, ils rentrent au port babord amures. Nous apprendrons qu'ils ont cassé la bastaque tribord, heureusement sans dématage.
L'Elan 350 Ohanna peine à trouver sa vitesse potentielle et il reste derrière nous quand nous nous engageons dans le goulet à la poursuite d'Ondulat qui a un peu perdu encore sur nous. Au virement de bord derrière l'ïle Verte, Anne n'est pas passée au vent assez vite, elle glisse sous la filière mais arrive à se retenir. Je ralentis en lofant un max pour que JJ et AT la récupèrent. Elle est bien mouillée, jusqu'au torse, mais tout est rentré dans l'ordre, ouf, nous sommes toujours 7 à bord.
Nous enroulons enfin l'ïle, choquons et faisons un premier bord grand largue sans spi pour éviter un empannage difficile. Ondulat devant n'a pas envoyé le sien non plus. Il doit attendre que nous envoyons le notre (le lourd bien sûr), ce qui est en cours de préparation. Dès que c'est prêt, nous empannons et envoyons le spi dans la foulée. Le speedomètre saute instantanément de deux crans et nous filons à 9-10 nœuds, avec des pointes fréquentes à 12. Evidemment nous fondons sur Ondulat qui grossit dans le collimateur. Il se dépêche de préparer et d'envoyer son spi, l'écart se maintient maintenant, 2 à 3 minutes, nous pouvons gagner en temps compensé!
Une très grosse bouffée (un petit grain en fait) nous tombe dessus, le bateau fait un bond qui doit avoisiner les 15 nœuds mais JJ qui choque l'écoute un peu vite voit celle-ci sauter (avec la manivelle) du winch, heureusement qu'il a de bons gants, il ne peut que laisser filer l'écoute qui - n'ayant pas de nœud au bout, c'est plus prudent dans la brise - s'en va mener sa vie ailleurs. Le spi une fois en drapeau, le bateau est un peu plus docile (car le bateau est loin d'être sur des rails quand il part en survitesse, bien au contraire, il ne demande qu'à partir au lof ou à l'abattée) et Marc aidé de JJ arrive à récupérér l'écoute (qui est très longue), la repasser dans le barber puis la poulie de renvoi arrière, on borde et c'est reparti pour la chevauchée des walkyries! Nous fondons sur la ligne d'arrivée, mais Ondulat est à son aise, plus long, plus étroit, il ne perd rien, il a même un peu gagné lors de nos problèmes.
A l'entrée en baie de Cassis je me méfie un peu, le relief peut générer des rafales innatendues, et c'est justement ce qui nous tombe dessus! Re-accélération maousse, personne n'a le temps de lire le speedo que ça claque violemment dans le cockpit! Quelque chose à cassé mais quoi? Le bateau va toujours aussi vite quand je réalise que c'est le réa de poulie de spi tribord (celle du bras) qui s'est désintégré, le bras n'est tenu que par l'axe, il peut casser d'un instant à l'autre.
On décide d'affaler, un peu de déconcentration à la barre et le bateau part dans un lof magistral, le spi claque joyeusement, l'équipage nombreux s'active et en quelques instants le spi est affalé sans trop, de mal. La ligne est à moins d'1 mille, nous tangonnons le solent pour continuer le plus vite possible. Le vent assez perturbé près de l'arrivée oblige Ondulat à empanner, il n'est vraiment pas loin, je minute à l'arrache son avance à le bouée de 2' d'avance, ce qui nous donnerait la victoire en temps compensé, il n'a pas donné son top à la radio, mais il s'est pointé à 2h 0m 17s et notre pointage à l'arrivée est de 2h 3m 18s. Je me suis peut-être trompé d'une minute? En tous cas il était devant et a couru mieux que nous, bravo pour lui!
Notre deuxième place avec seulement 13 secondes de retard en TC est belle quand même, les suivants étant franchement distancés
ro_bj_bato1.gif
ro_bj_palm1.gif
Voiles de St Trop 2012
Pas bons cette année, conditions moins favorables et abordage avec dégats dès la deuxième manche qui va nous démotiver un peu.
ro_bj_news1.gif
ro_bj_projets1.gif
ro_bj_contact1.gif
ro_bj_andresimon1.gif
vdst2012_paix1.jpg
La Bouée Jaune
13, allée Théodore Aubanel
Le Caylar 2
83270 Saint Cyr Sur Mer
Tél : 04 94 26 31 61 andrejsimon@gmail.com
log_bouee1.gif
Porquerolles 2012
Pas encore pour nous cette fois-ci, une météo exécrable, un équipage un peu trop leger et un bateau insuffisament préparé, bref, une place de 11e toutes classes pas terrible.
attila_pdb2012_1.jpg
Bol d'Or 2007
Après la première du Birvidic au Bol d’Or en 2006, grande première du président en tant qu’équipier sur un monocoque suisse, le “Nenuphar” au Bol d’Or 2007. Avec un vent variant de très léger à bien soutenu, cet équipage vaudois en majorité, s’est distingué par un excellent départ et une suite avec des hauts et quelques bas mais avec au final une formidable deuxième place sur le podium dans la classe des plus grands monocoques !
Voiles de St Trop 2011
Enfin un podium pour ATTILA à ces Voiles de Saint Tropez marquées par une tempête de beau temps. Une 3e place méritée avec le renfort de Marc Lhuillier, le président actuel du CNPM.
vdst2011_coco1v.jpg
boldor07_40vv.jpg
Archives des news
Vous y retrouverez les compte-rendus de régates passées et d'évênements importants. Vous pourrez y télécharger nos journaux des Voiles de St Tropez (du moins, ceux qui ont été faits).
video_fissa1.jpg
Vous pouvez cliquer sur l'image pour une ch'tite vidéo du 17 novembre depuis Fissa.
Attila loin devant...invisble.